Un souffle nouveau pour l’Église en Belgique !

Cardinal Robert Sarah
Cardinal Robert Sarah

Plus de 1.500 personnes ont accueilli le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, à l'église Notre-Dame de Stockel le 7 février dernier.

 

Celui-ci venait y donner une conférence à propos de son livre « Dieu ou rien », paru en 2015. Celle-ci fut précédée de la célébration de la Sainte Messe par le cardinal De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles, entouré également du nonce apostolique de Belgique, monseigneur Augustine Kasuja et d'une cinquantaine de prêtres.

 

Durant plus d'une heure, d'un verbe dense et profond, le cardinal Sarah a captivé et conquit son auditoire, qui n'a pas manqué de lui offrir une longue standing ovation.

 

Après avoir rappelé son attachement indéfectible au Christ et à l'enseignement multiséculaire de l’Église, le cardinal a mis en garde les fidèles contre les clercs, parfois haut placés, qui s'écartent et contredisent publiquement la doctrine de l’Église, fondée sur les Saints Évangiles et la Tradition, semant ainsi la confusion dans l’Église.

 

Il a également dénoncé la « crise Dieu » du monde occidental, qui, avec son relativisme moral, le rejet et l'exclusion de Dieu, a tué Dieu, pour paraphraser Nietzsche. Usant d'une image forte, le cardinal a dénoncé le fait que nos églises étaient devenues le tombeau de Dieu…

 

Dans l'histoire de l'humanité, aucune civilisation n'a légiféré comme la nôtre, laquelle, avec l'avortement, l'euthanasie, les unions homosexuelles, les pratiques eugéniques, les manipulations génétiques, etc, conduit à la destruction de la famille et finalement l'homme.

 

Rappelant que la vie était un trésor donné par Dieu, le cardinal a offert un vif plaidoyer sur le respect absolu de la vie, dès la conception jusqu'à la mort. Il a explicité toute la richesse de l'encyclique « Humanae vitae » du Pape Paul VI, notamment sur l'indissociabilité entre l'union et la procréation et la complémentarité homme-femme.

 

Mais sans la louange, la prière, l'adoration du Très Saint-Sacrement et la pratique régulière des sacrements, le chrétien est privé de nourriture.

 

Appelant les chrétiens à s'engager activement, et à s'unir, il rappelait cette évidence tellement oubliée : « nous aurons des comptes à rendre » !

 

Et d'ajouter :«soyez dans le monde et non pas du monde » !

 

Lors du synode sur la famille, le cardinal avait d'ailleurs réaffirmé avec vigueur que « les idéologies occidentales de l’homosexualité et de l’avortement et le fanatisme islamique sont aujourd’hui ce qu’étaient le nazisme, le fascisme et le communisme au XXe siècle » . Pour répondre à ces problèmes, il recommandait à alors à l’Église d'encourager une « épiphanie de la famille », car la crise du mariage actuel a selon lui pour origine une crise de Dieu en plus d'une crise de la foi (La Croix, 14/202015).

 

Dieu ou rien ! Ces mots résonnent comme un appel à un engagement chrétien intégral, total et inconditionnel. Un appel a remettre Dieu à la première place, car c'est la voie du Salut.

 

Puissions-nous conserver cette exhortation précieusement pour qu'elle ranime notre amour de Dieu chaque foi que nous nous en détournons et spécialement lorsque notre conscience s'anesthésie, envenimée par le relativisme, l'égalitarisme et le sensualisme qui gouvernent notre monde.

 

Saint-Augustin n'écrivait-il pas qu' « à force de tout supporter, on finit par tout tolérer. A force de tout tolérer, on finit par tout accepter. A force de tout accepter, on finit par tout approuver ... »

 

Le lien de la conférence du cardinal Sarah :

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Viller (lundi, 19 février 2018 17:28)

    Le lien de la conférence
    https://www.youtube.com/watch?v=R0Q0yXKiC8k

  • #2

    FONTANA Yolande (mardi, 20 février 2018 00:04)

    C'est dans la Joie de la Défense de la Vérité que je viens de suivre cette magnifique conférence. Je connaissais un peu le Cardinal Sarah pour l'avoir déjà entendu sur YouTube ou lu quelques interviews, mais cette soirée se passe de commentaires ! Voici donc un personnage profondément spirituel et humain à la fois, qui n'a pas peur de crier - en toute humilité - la Vérité que Jésus nous a apportée, laquelle n'est rien d'autre que le vrai bonheur que l'Homme recherche. Si seulement nous pouvions, au cours des homélies dans nos paroisses, entendre clairement ne serait-ce qu'un centième de ce que le Cardinal Sarah a proclamé au Nom de Jésus ! Notre Eglise affaiblie a un grand besoin de se ressourcer et le devoir non pas se plier, mais de résister aux lois du monde lorsqu’elles s’opposent à la Loi de Dieu. Une part de l'Eglise, tombée dans la sociologie, semble avoir perdu le courage de parler de Foi, de Prière. Merci au Cardinal Sarah qui a osé réveiller les consciences. Que la Bénédiction de Dieu soit toujours sur lui et tous ceux qui le rencontrent. Oui, le chrétien est dans le monde mais n'appartient pas au monde ! Que cette Parole de Jésus donne à tous le courage de témoigner.