"L'avortement est un meurtre - n'ayez pas peur des mots !" - une réplique

Monseigneur, 

 

Je vous remercie d’avoir pris la peine de me répondre même s’il s’agit d’une lettre circulaire. 

Pourtant votre réponse n’explique ni ne justifie rien et cette distinction entre approche philosophique et approche théologique semble n’être qu’un enfumage de plus. 

 

Les faits sont plus simples que vous ne les présentez :

 

1. M. Mercier a qualifié l’avortement de meurtre et les évêques ont désapprouvé le choix de ce mot alors que c’est ainsi que l’avortement est qualifié par l’Eglise qui ajoute le mot “abominable”. 

 

2. M. Mercier a été sanctionné par l’UCL et les évêques se sont lâchement abrités derrière une procédure pour laisser faire sans prendre la défense d’une personne sanctionnée injustement. 

 

3. L’UCL a déclaré que l’avortement faisait partie de ses “valeurs”, ce qui est contraire à la doctrine de

l’Eglise, mais les évêques n’ont pas relevé ce point ni dénoncé cette contradiction, encore moins sanctionné l’UCL comme elle devrait l’être par le retrait du label catholique. 

 

4. Le seul tort de M. Mercier est d’avoir négligé que l’UCL n’est plus dans les faits une université catholique, mais enfin comme c’est écrit à l’entrée, il est largement excusable. 

 

Cette affaire a montré combien les évêques de Belgique sont compromis avec le monde et le pouvoir politique à tel point qu’ils s’associent à la persécution des catholiques. M. Mercier est un vrai héros et un martyr de l’intolérance anti-chrétienne. Quelle douleur et quelle honte de voir les évêques, en vrais disciples de Ponce Pilate, donner raison à ses bourreaux !

 

Oui, il faut montrer de la compassion envers les femmes qui se font avorter vu les pressions qu’elles subissent ; on peut facilement leur trouver des circonstances atténuantes. On en trouve beaucoup plus difficilement, par contre, pour les médecins qui pratiquent l’avortement et sont de véritables meurtriers. On n’en trouve pas non plus pour les évêques qui piétinent la foi de l’Eglise et renient leurs frères pour être bien vus de leurs ennemis. 

 

Sincères salutations, 

Christophe Buffin de Chosal. 

Écrire commentaire

Commentaires : 40
  • #1

    Ayrault (samedi, 08 avril 2017 08:00)

    Merci de faire lever les sanctions contre Mr Mercier

  • #2

    GOBY (samedi, 08 avril 2017 08:08)

    J'attends avec impatience la réponse du pape François !

  • #3

    Lannegrand (samedi, 08 avril 2017 08:11)

    Lorsque les Apôtres contemporains adoptent le comportement de Juda.....On ne peut nier la véracité des écritures saintes..... Dans le cas contraire,il est évident que ce "regard" est volontairement aveugle !!!

  • #4

    I. Poot (samedi, 08 avril 2017 08:35)

    Très bonne lettre de réponse, claire et directe. Nous attendons une sanction de l UCL et un sérieux mea culpa des évêques, tant qu il en est encore temps pour eux. Vraiment, je souhaite que le Pape François, qui lui ne fait pas de compromis avec le monde, sermone sérieusement nos évêques. Et bien sûr, que la sanction soit levée pour S. Mercier, même s il préférera sans doute , comme les Apôtres,secouer la poussière de ses pieds et continuer sa mission ailleurs.

  • #5

    Jean Sébbastien (samedi, 08 avril 2017 08:45)

    Voici Monseigneur, la foi de l'Eglise que votre devoir était de défendre. Je n'ose imaginer les regrets que vous aurez d'avoir été évêque lors du jugement dernier.

    Les textes du Magistère sur le moment de la création de l'âme, Les textes dogmatiques sur le moment de la création de l'âme



    1° DONUM VITAE 6, saint Jean-Paul II, 1987
    SUR LE RESPECT DE LA VIE HUMAINE NAISSANTE ET LA DIGNITÉ DE LA PROCRÉATION.
    RÉPONSES A QUELQUES QUESTIONS D'ACTUALITÉ

    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for-human-life_fr.html
    [...]
    Dès le moment de sa conception, la vie de tout être humain doit être absolument respectée, car l'homme est sur terre l'unique créature que Dieu a « voulue pour lui-même » [16] et l'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [17]; tout son être porte l'image du Créateur.

    I LE RESPECT DES EMBRYONS HUMAINS
    [...]
    1. Quel respect doit-on à l'embryon humain, compte tenu de sa nature et de son identité?

    L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence.

    C'est pourquoi le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l'être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie."

    2° COMMENTAIRE DE LA CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI
    INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE, N°1, 8 décembre 2008

    A ce titre, il est important de rappeler le critère fondamental d’éthique formulé par l’Instruction Donum vitae pour juger toutes les questions morales qui concernent les interventions sur l’embryon humain : « Le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c’est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l’être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L’être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment, on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi


    3° EVANGELIUM VITAE, Jean-Paul II, 25 mars 1995

    "60. Certains tentent de justifier l'avortement en soutenant que le fruit de la conception, au moins jusqu'à un certain nombre de jours, ne peut pas être encore considéré comme une vie humaine personnelle. En réalité, « dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors. A cette évidence de toujours,...la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant: une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir ». Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être constatée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? »."

    Source : http://www.vatican.va/edocs/FRA0204/__P4.HTM

    Voir aussi : Discours aux participants à l'assemblée générale de l'Académie pontificale pour la vie et le Congrès international sur "l'embryon humain dans la phase préimplantatoire",

    27 Février 2006: L'Osservatore Romano, édition en langue espagnole, le 3 Mars 2006, p 4).

  • #6

    Yves (samedi, 08 avril 2017 08:46)

    Vous êtes le sel et la lumière du monde... C'est ainsi que Jésus s'adressait à ses apôtres. Il n'a pas dit "vous devez être...". Il y a donc obligation pour ses apôtres, pour ses disciples, pour son Église, pour nous, d'être cette lumière, d'être ce sel. Cette saveur, c'est le message d'amour de la Bonne Nouvelle. Comment peut-on aimer si on accepte le meurtre, pour simplement ne pas être caricaturé par des non-Chrétiens, par ceux qui ne veulent pas savoir, par ceux qui préfèrent l'égoïsme, par ceux qui refusent la vraie nature de leurs actes ?

    Nous nous étonnons que nos églises sont de plus en plus désertées. Normal, combien de personnes ne comprennent pas ce Christianisme, pourtant tellement simple, et rendu si compliqué, si opaque par nos prêtres, par nos évêques ? Cette lettre est une caricature de cette opacité, de ce refus de qualifier des actes. Non, messieurs, vous avez tout faux. Ce n'est pas en se faisant complices du péché que l'on peut relayer les paroles de notre Seigneur. Si vous n'osez pas affirmer la défense de la création de Dieu, qui le fera ?

    Certes, la miséricorde divine est infinie. Elle sert à laver le péché de l'Homme. Mais faut-il dès lors inciter au péché, tel que vous le faites ? Pourquoi cet artifice grotesque, cette opposition entre perceptions religieuse et philosophique, lorsqu'elles affirment la même chose ? Certains docteurs de l'Église n'ont-ils pas clairement validé une telle manière philosophique de rencontrer le Seigneur ? Le Seigneur n'appelle-il pas chacun de nous d'une manière qui nous est propre, et également par la philosophie ?

    Ce n'est que par miséricorde divine que je peux comprendre votre lâcheté, indigne de vos foncions...

    En union de prières

    Yves

  • #7

    Hillewaert Marie-Dominique (samedi, 08 avril 2017 09:05)

    Bonjour monsieur,
    Voilà des années que nous (école Saint Dominique Savio à Mouscron, Belgique) luttons pour qu'un enseignement catholique réexiste dans notre pays. Voilà ,des années que nous constatons qu'à part le nom et quelques professeurs isolés, il n'y a plus rien de catholique dans nos écoles catholiques. J'ai déjà écrit longuement à Monseigneur Léonard (il y a quelques années) pour lui parler du fait qu'à Mouscron, dans les écoles catholiques on enseigne l' avortement (en parlant toujours de contenu d'utérus à la place de fœtus ou embryon), on introduit les plannings familiaux avec leur éducation honteuse et l'on m'a répondu que c'était très exagéré... Nous n'avons ni subside ni salaire... peut-être pourrions-nous nous associer avec des gens qui ont les mêmes objectifs que nous ?
    Je vous remercie pour votre action,
    Marie-Dominique Hillewaert

  • #8

    Frederique (samedi, 08 avril 2017 09:27)

    Mijn Frans is te beperkt om te reageren in de Franse taal.
    Ikzelf onderging ook een abortus.....met de gedachte mijn ouders niet te beschamen want ik zag hen heel graag....toch na 30 jaar kwam die verdrongen gedachte als een spook weer in mijn gedachten.... We zijn mensen en kunnen elkaar graag zien.....en de dokter die toentertijd die abortus uitvoerde zal ik nooit ter verantwoordelijkheid roepen ..... Want de mentaliteit en het kunnen realiseren van een dergelijke ingreep was mogelijk......ook de psychologische begeleiding was perfect.....maar diep ....heel diep in de ziel van een mens gebeurt er iets.....
    Ik verwijt niemand iets maar roep toch op om abortus niet te promoten en de omkadering van iedereen liefdevoller een respectvoller te evalueren.....
    We werden allemaal gevormd uit een versmelting van een eicel en spermacel..... En dat gebeurde onder goede of minder goede omstandigheden...en het werd de start van ons lichaam waarin we als mens kunnen leven en waardoor we een eigenheid mogen ontwikkelen om er te zijn ...... Ik ben toch heel blij dat ik die kans kreeg omdat ik nu ook wil getuigen hoe erg ik het vind dat ik die kans heb ontnomen aan een mogelijks ander mens die daar toch ook recht op had.
    Veel sterkte aan allen....en dank aan pr.mercier om die problematiek eens in vraag te stellen want op de duur is abortus precies een vanzelfsprekendheid en dat is het zeker niet.

  • #9

    de Marchant (samedi, 08 avril 2017 09:31)

    Merci monsieur pour le courage de votre réponse qui fait écho à ma conscience et à mon indignation face à la lâcheté de certains de nos évêques.
    Anne de Marchant

  • #10

    Dominique NEVEU (samedi, 08 avril 2017 09:49)

    Un grand bravo à M. Buffin de Chosal; je n'aurais pas dit mieux. C'est clair, argumenté et vrai.

    Dominique Neveu

  • #11

    MOULIN (samedi, 08 avril 2017 10:05)

    Je ne sais si nos évêque ont vu toutes les conséquences de leur réponse. avec leurs subtilités, ils n'osent pas affirmer clairement que l'Avortement est un meurtre. C'est la suppression d'une vie au début de sa croissance, donc faute contre l'enfant à naître; mais c'est une faute vis à vis de la maman qui avorte et qui peut-être portera toute sa vie le fardeau du souvenir de son enfant qu'elle a rejeté. Il faut écouter la détresse des mamans, comme je l'ai eu à l'entendre quand elles venaient se confesser. Mais nos évêques ont-ils fait cette expérience de guérir le cœur d'une maman et de lui redonner espérance ?

  • #12

    B. Cherel (samedi, 08 avril 2017 10:12)

    Comme j'ai mal à mon Église ! Que pouvons-nous y faire , sinon prier que le Seigneur éclaire les évêques de Wallonie et leur donne force et courage pour ne pas hésiter à s'affirmer " à temps et à contre-temps " comme nous l'enseigne Saint-Paul ?

  • #13

    Antoinette de Langlade (samedi, 08 avril 2017 10:26)

    Bravo pour cette réponse claire, nette et précise.
    Il est atterrant que ce soient les fidèles qui tentent de remettre leurs évêques sur le droit chemin, eux qui devraient être les pasteurs du troupeau, et proclamer que toute vie doit être respectée dès son apparition, comme l'enseigne la religion catholique. Sont-ils encore catholiques ?
    Quant à l'Université Catholique de Louvain, elle ne mérite pas d'être nommée CATHOLIQUE en agissant comme elle le fait à l'encontre du Pr Mercier.

  • #14

    Jacques de Floris (samedi, 08 avril 2017 10:38)

    On pourrait aussi apprendre à ces Evêques que les chinois - qui pourtant ne connaissent pas le Christ - calculent l'âge d'un chinois à partir de la conception, ce qui fait que le bébé naît à 9 mois ! et que, donc, le fétus est déjà considéré comme un être humain !
    Pour autant, je ne connais pas la position de l'état chinois sur l'avortement...
    Quelqu'un pourrait-il me renseigner ?

  • #15

    redonnetfrançoise (samedi, 08 avril 2017 10:47)

    Que l'Université soit dite Catholique ou pas ne change rien .Un avortement reste un meurtre et n'importe qui Catholique ou pas sait que tuer est un crime contre Dieu ou contre la société.
    Mais quand un évêque en est rendu à cette lâcheté envers un membre de la communion des saints ,c'est un Judas !
    Aujourd'hui les martyrs existent encore

  • #16

    Gérard (samedi, 08 avril 2017 11:35)

    Je pense que une certaine Eglise " post-moderne " d'aujourd'hui s'est complètement soumise à la doxa du politiquement correct et même, circonstance aggravante, au " religieusement correct ". Ce véritable terrorisme intellectuel fait de tels ravages dans les esprits que l'on imagine mal les étudiants de l'U.C.L. organiser des manifestations de soutien au professeur Mercier, eux qui ne manifestent plus que pour des causes gagnées par avance et qui correspondent uniquement à l'idéologie dominante.

    Joseph Proudhon, qui n'était pourtant pas catholique, savait que "Derrière toute politique, il y a une théologie" et que "A la base de toute politique, il y a une philosophie et même une théologie" disait volontiers Charles Péguy.

    Ces remarques sont parfaitement pertinentes. On peut même ajouter que dans toute sociologie il y a aussi l' influence du christianisme. On se demande comment nos évêques en sont arrivés à penser un seul instant que l'on pourrait dissocier d'un côté la philosophie et de l'autre la théologie ?

    Je me demande ce que pense Monseigneur Léonard de cette affaire?

  • #17

    Picquart Elise (samedi, 08 avril 2017 14:54)

    Bravo pour la réponse claire et parfaitement juste de Mr Christophe Buffin de Chosal. Je n'ai rien à ajouter.

  • #18

    claude (samedi, 08 avril 2017 15:35)

    On ne peut découper l'humain entre conscience, théologie, philosophie et comme l'a écrit Rabelais, science sans conscience n'est que ruine de l' âme. L'avortement , comme je le dis souvent, est un assassinat et un crime contre l'humanité qui a fait déjà plus de morts que les deux guerres mondiales réunies.
    Et pourquoi cet acharnement à tuer in utero?

  • #19

    frfrancois-grenier@hotmail.fr (samedi, 08 avril 2017 15:39)

    Mes seigneurs les évêques belges
    Pires que des tartuffes vous me faites penser à Monseigneur Cochon qui fit bruler Jeanne d'Arc.
    Avez vous peur d'affirmer votre fidélité à la doctrine de l’Eglise dont vous vous dites les apôtres
    Si l'Université de Louvain se dit catholique, qu'elle réintègre Monsieur Mercier.
    Dans le as contraire, si vous soutenez la décision prise à l'encontre de Monsieur Mercier vous êtes les frères de Judas.
    Quand et où irez vous vous pendre?

  • #20

    monique (samedi, 08 avril 2017 20:22)

    Je vois que les Evêques aiment jouer sur les mots ! pourtant il n'y a pas de quoi, devant leur injuste décision, qui ne peut en aucun cas, être une décision d'église !
    Il est vrai que maintenant les autorités d'église font malheureusement ressembler celle-ci à un pouvoir ADMINISTRATIF ! Alors de grâce, que les évêques choisissent une autre voie, car la leur n'aboutit à aucune évangélisation, comme le voudrait normalement leur mission. Et maintenant leur attitude ne fera que repousser les chrétiens. je ne voudrait pas être à leur place lors du Jugement divin ! Très Saint Père François, venez mettre de l'ordre!

  • #21

    Agnès demeure (samedi, 08 avril 2017 20:27)

    Merci Monsieur Buffin,

    une belle lettre claire et précise, je vous reconnais bien là et je suis d'accord sur tous les points.
    Gardons confiance car la Vierge a dit à Fatima:"A la fin, mon Coeur Immaculé triomphera" persévérons dans la prière du R.osaire

  • #22

    AUBRY henry-Jack (samedi, 08 avril 2017 20:47)

    Merci Monsieur Buffin,
    Votre belle lettre suffit à montrer l'état de délabrement de notre Eglise, quand des évêques condamnent le Juste. L'avortement est un crime contre l'Homme et contre Dieu.
    Il nous faut prier pour et garder confiance.

  • #23

    Marie Claude Tordeux (samedi, 08 avril 2017 21:26)

    Très belle réponse,parfaite et digne .
    Je suis extrêmement blessée par la réponse de l'évêque .En voulant se justifier il s'enfonce encore plus .c'est innommable !! les bergers doivent conduire le peuple de Dieu vers la lumière et non pas les précipiter dans l'abîme . Quelle responsabilité!!!Dieu jugera ;Prions .

  • #24

    Yolande (samedi, 08 avril 2017 21:47)

    Jésus n'a-t-il pas dit : Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais. » (Mt 5, 33-37)
    Il y a quelques années, parlant à un groupe de jeunes, je leur ai posé la question... "N'avez-vous jamais pensé que si votre mère avait avorté, vous ne seriez pas là?" Une fille de 16-17 ans me répondit sans aucun respect humain... "Oui, j'y ai pensé."

  • #25

    Fenoglio Raymonde (samedi, 08 avril 2017 22:08)

    Bonjour ?Merci M Buffin les conséquences sont grave sur la femme qui subit un avortement et la punition de Dieu peux être sévère plus que ce que l'on pence . j'ai moi même fait avorter ma fille il y as quelques année pour des raisons personnelles , mais l'osque des année plus tard ma fille a voulu un enfant , elle ne pouvait plus tomber en ceinte et après 2an de souci elle ma n'a parler et c 'est là que j'ai réellement compris ma faute , Alors honteuse je suis aller me confesser en demandent pardon à Dieu de mon erreur , et après ma confession ma Fille est tomber en CEINTE . SE que je dire c'est que l'avortement est un double meurtre l’Enfant et la Mère , il ne faut pas oublier les Mères . De toute façon il est inamissible de la part d' Evêques de Cardinaux d'être aussi lâche si il ne sont pas d’accord avec la religion qu'ils sont représenter , qu'ils ont le courage de DEMISIONNER car devant des comportement aussi LÂCHE ils n'ont plus rein de CATHOLIQUE , mon Dieu que la route qu'il reste va être dure , pardon SEIGNEUR , donne nous du courage pour ne pas faiblir Merci

  • #26

    Michel (samedi, 08 avril 2017 22:33)

    oui je crains que nos évêques aient perdu le sens du message du Christ et s'enfoncent dans le politiquement correct, et dans leur confort de prélats au détriment de l'évangélisation qui est leur premier devoir. Que Dieu leur vienne en aide pour se ressaisir.
    Nous Chrétiens gardons espoir en Notre Seigneur dans la prière.

  • #27

    GM (dimanche, 09 avril 2017 01:09)

    Les Francs Massons sont partout!....même dans la prêtrise!

  • #28

    Jacques (dimanche, 09 avril 2017 01:14)

    On voit bien qu'ils sont des 'fonctionnaires' contents d'etre compenses par l'Etat. Ils ne doivent plus precher pour avoir leurs deniers des pratiquants ou non, alors pourquoi defendre et avoir des ouailles , c'est plus de travail...alors jouer avec le laicisme est aller a l'enconttre de leur devoir pour lequel ils sont devenus des pasteurs! Ou sont les vrais pasteurs du troupeau catholique...des pretres etrangers qui font ce qu'ils peuvent.
    Chers eveques, allez dans les paroisses precher et montrer l'exemple!
    Prions pour qu'ils se regardent en face de leur mission et precher la Vie dans tous les sens et revoir leur decision contraire a la loi deja donnee a Moise!

  • #29

    LAFENETRE (dimanche, 09 avril 2017 08:51)

    L'avortement est un crime banalisé, sauf dans certains cas graves , et il ne nous appartient pas de juger les actes d'autrui. Mais les encourager, les favoriser, les banaliser est infiniment plus pernicieux. S'il vous plaît, ne retournons pas dans la barbarie nazie et ses "expériences" ni dans les exactions pratiquées par les japonais sur les prisonniers et les populations au cours du deuxième conflit mondial.
    Il semble que la "pression" des masses païennes guidées par les "progressistes" (quel progrès?) athées ou maçonniques fassent perdre pied à ceux qui doivent être les premiers remparts de la Foi et de l'Evangile qui doivent les combattre mais qui ont oublié l'essentiel au profit de l'accessoire. Or c'est le mal qui a tendance à l'emporter sur tous les terrains...
    "Corruptio optimi pessima." Aujourd'hui l'avortement et demain ce sera l'euthanasie! c'est en cours! les médias font pression! le commandement divin est précis: TU NE TUERAS PAS . Fondamental.

  • #30

    MARIE THERESE JEUNEHOMME (dimanche, 09 avril 2017 14:03)

    Merci Monsieur Christophe Buffin de Chosal,
    Merci pour votre commentaire.
    Vous avez fait une analyse précise et concise, avec des mots qu'il fallait ,et vous avez parlé,disons,presqu'à la place des tous ceux qui sont contre ce crime organisé.
    Dans l'enseignement chrétien (=en l'occurrence<<l'enseignement catholique>>), on nous demande le stoïcisme pour défendre <<la Foi Chrétienne >> et les valeurs des lois du Christ.
    L'avortement n'est-il pas aux yeux de l'église,un attentat contre une victime innocente et sans défense?N'a-t-il pas la même valeur qu'à ce à quoi nous assistons aujourd'hui dans le monde,des tueries barbares sur des personnes aussi innocentes,et pour de motifs fictifs.?
    On peut épiloguer longtemps sur le sujet,mais que tous ceux qui se voilent les yeux se souviennent de la réponse de Jésus à Son âtre Pierre avant sa condamnation.<<AVANT QUE LE COQ N'AIE CHANTé;TU ME RENIERAS TROIS FOIS.

  • #31

    Marie Thérèse Jeunehomme (dimanche, 09 avril 2017 14:09)

    à Monsieur Christophe BUFFIN de Chosal,
    Rectificatif,
    Dans ma réponse ,une erreur s'est glissée<<....lire ceux qui sont pour ce crime organisé,au lieu de .<<<..ceux qui sont contre ce crime organisé.
    Merci et bonne continuation

  • #32

    garantez (lundi, 10 avril 2017 00:26)

    Ceux qui se donnent le mal de citer des passages entiers de la sainte doctrine catholique pour tenter de convaincre ces évêques, perdent leur temps. Ce sont des lâches, on a connu ça en France pour la loi Veil.

  • #33

    Gérard (lundi, 10 avril 2017 10:30)

    En effet garantez, et nos étudiants qui ne manifestent plus que pour des causes politiquement correctes gagnées par avance, " les rebelles de confort " n'organiseront certainement pas une manifestation de soutien à leur professeur avec des " JE SUIS MERCIER ".

  • #34

    SARDA (lundi, 10 avril 2017 12:25)

    Oui, l'avortement est un meurtre. Comme nous avons oublié les dix commandements de Dieu, l'homme ne fait que sa propre volonté, et non celle de Dieu, Notre Père, ce qui nous éloigne du Salut éternel. Car le Père est infiniment bon et Il sait ce qui est bon pour chacun de nous, et pour tous. Les femmes ayant avorté sont blessées dans leur chair et dans leur esprit. Cette loi doit être supprimée en France et dans tous les autres pays. Aujourd'hui, la Vérité est mise sous le boisseau. Tout est inversé. L'UCL a le devoir de réintégrer ce professeur, et l'Eglise a le devoir de le soutenir, et nous aussi, parents, étudiants. Où est la liberté d'expression dont on parle si souvent pour permettre aux médias de dire des mensonges, de blasphémer, de calomnier, de diffuser tout ce qu'ils veulent ?

  • #35

    teffioc (lundi, 10 avril 2017 15:57)

    Qui n'a pas été horrifié par les images de la souffrance des victimes des bombes chimiques. Mais qui osera dire que l'être qui est tué par l'avortement ne souffre pas encore plus. Seulement voilà ! il n'y a pas d'image et il n'y en aura plus car elles seront censurées. Rappelez-vous c'était hier ! Nous nous battons depuis si longtemps pour que la cause des Saints Innocents soit défendue mondialement surtout par l'Eglise.
    Je ne juge pas la Maman qui n'accueillera pas son bébé, je ne voudrais pas condamner parce que je ne peux pas dire que je suis "celui qui n'a jamais pêché pour jeter la pierre", mais je vous adjure Messeigneurs, écoutez-nous, rejoignez-nous pour nous donner courage de continuer et que l'Espérance ne nous quitte pas. Et, ce serait encore mieux : passez devant, c'est le rôle du Berger.
    Merci Monsieur de Chosal je prie avec et pour vous avec mes pieds et mon chapelet.

  • #36

    Béatrice (lundi, 10 avril 2017 22:45)

    Oui l'avortement est un crime! Ce n'est pas un jugement c'est un constat. Arrêter le développement d'une vie est un meurtre. Certains hommes d'Eglise préfèrent les compromis plutôt que la vérité... Honte à eux!!
    Un commandement de Dieu ' tu ne tueras point" et un parole du Christ "celui qui n'est pas avec moi est contre moi" ...À méditer pour ceux qui ont soutenu cette sanction

  • #37

    Legrand (mercredi, 12 avril 2017 14:42)

    D'accord sur cet article à 100/100.De la compassion pour la malheureuse qui se fait avorter , refus pour celui qui le pratique . Que ton oui soit oui et que ton non soit non tout le reste vient du malin.

  • #38

    J.C. Walker (samedi, 15 avril 2017 12:06)

    The days when we will need to have the "mark of the beast" in order to survive cannot be far away. There is at least one company that has already developed such technology. The politically correct has replaced our God-given judgment and our clergy is unfortunately no exception. May God forgive us and have mercy on us at this wonderful RESURRECTION feast. There can be no doubt, Prof. Mercier, that our triune God is in total agreement with you. I for one am prepared to support you financially if necessary. Please do not despair! If God is for us who can be against us?????

    Faithfully yours

  • #39

    guillaume.plas@skynet. be (mercredi, 09 août 2017 12:17)

    Toutes les 9 minutes une femme meurt dans le monde après un avortement clandestin. Il n'y a pas de lois plus sociale et humaines que les lois autorisant l'avortement dans les conditions prévues par la loi et l'euthanasie. Les croyants extrémistes veulent donc que les femmes meurent plutôt que d'être aidée quand elles sont dans une situation de détresse? C'est cela qui est criminel

  • #40

    Enrique Etchevers Vianna. (dimanche, 17 septembre 2017 06:03)

    Uruguay. 2/4/2017. Intimación de la "Sociedad Uruguaya Francisco Bauza" a la Fundación "Roma" y el Movimiento "Acción Familia", para que dejen ser cómplices necesarios (Canon 1329) de la Despenalización del Aborto (el "Crimen Abominable") en Chile; bajo Apercibimiento de que quedarán Excomulgados "latae sententiae" (automáticamente) al primer aborto legal (Canon 1398 del "Código de Derecho Canónico"). Reiteración.
    Transcribimos a continuación el Numeral 24.4.1. de la "Proclama" (1) publicada el 8/3/2017 en nuestro blog sociedaduruguayafranciscobauza.blogspot,com

    "(...)
    24.4.1. La suprema Traición del Apóstol infiel – Judas – está siendo emulada por la “Fundación Roma” y el Movimiento ”Acción Familia. Por un Chile Autentico, Cristiano y Fuerte”.

    Sabido es que la traición de Judas - por ser uno de los Doce Apóstoles y por tanto tener la Vocación de conocer privilegiadamente a Ntro. Señor Jesucristo - fue mucho mas grave que la de Caifás y su séquito.

    El Movimiento ”Acción Familia. Por un Chile Auténtico, Cristiano y Fuerte”, tiene en su pasado como “Sociedad Chilena de Defensa de la Tradición, Familia y Propiedad” (TFP), la Gloria y la Honra de enfrentar – por ejemplo en el Libro “La Iglesia del Silencio en Chile” (1976) – a los malos Pastores en Defensa de la Iglesia.

    Hoy no solo no los enfrenta (a los malos Pastores) en su Complicidad con la Despenalización del Aborto, sino que va mas allá, difunde en la Revista "Credo", Año 2015 (2), la tesis de la Secta Relativista – apoyada devota y públicamente el 10/5/2007 por Jaime Chalita Z., entonces Presidente del Consejo Masónico Mexicano – de que la Excomunión latae sententiae (automática), prevista por los Cánones 1329 y 1398 para los involucrados en la Despenalización del Aborto - realizado el primer aborto legal - no alcanza a los Legisladores Católicos que aprobaron la Despenalización del "Crimen Abominable".

    Análogamente – siempre nos referimos a Católicos – sostiene la Secta Relativista que dicha Excomunión - latae sententiae - tampoco alcanza a los votantes de esos Legisladores, a los Jueces que lo legalizan, a los Gobernantes que lo viabilizan, a los Periodistas y Propagandistas favorables a la Despenalización del Aborto, al Personal Sanitario y Administrativo encargado de gestionar las Clínicas y Hospitales donde se lo práctica, etc. .

    Si afirman los Sectarios - para cubrir las apariencias - que los Legisladores Católicos que aprueban la Despenalización del Aborto, cometen una falta grave y por tanto no pueden recibir la Comunión.

    Rogamos a la Madre de Dios que cesen en su traición; si son contumaces Le rogamos que caiga sobre ellos la Justicia Divina (...)".

    “Sociedad Uruguaya Francisco Bauzá”


    (1) “Uruguay. Marzo de 2017. Proclama de la “Sociedad Uruguaya Francisco Bauzá” en el Año del Centenario en que la Reina del Cielo se Apareció en Fátima.

    La Renuncia de Benedicto XVI no fue decidida por Su Santidad; fue urdida por la Secta Relativista a la que S.S. pertenecía, como reacción estratégica – “un sacrificio especulativo” en términos ajedrecistas* - ante el posible Revisionismo Histórico que revelaría el Pecado de Omisión cometido por S.S. y sus Predecesores en los últimos cincuenta años.
    *Cuando se sacrifica una pieza sin conocer claramente (como de este sacrificio), se obtendrá una ventaja posicional.

    La Secta había soterrado la Excomunión Declarada el 4/4/2007 por el Arzobispo de la Ciudad de México (de los Legisladores Católicos de la Asamblea Legislativa del Distrito Federal que apoyaran el 24/4/2007 la Despenalización del Aborto); el apoyo público de Benedicto XVI a Este el 9/5/2007 en la Conferencia de Prensa dada en el Avión Papal, y el júbilo del entonces Pte. del Consejo Masónico Mexicano ante la exitosa Conspiración contra ambos.

    La Carta que el 7/1/2013 Le dirigiera - recibida por espacio de 30' en la Nunciatura Apostólica y luego rechazada por orden del Nuncio - la “Sociedad Uruguaya Francisco Bauzá” a Su Santidad - un mes y días antes del anuncio de Su Renuncia el 11/2/2013 - fundada en dos de esos hechos y pidiendo Su Intervención en la Iglesia de Uruguay, provocó el pavor de los Sectarios (…)”.

    Cfr. en sociedaduruguayafranciscobauza.blogspot.com

    https://drive.google.com/file/d/0BZCke8pCIh0WnhNMlFpa1dDS0k/view

    (2) Revista "CREDO" (Año 2015), Carta Pastoral de Mons. Francisco J. Stegmeier, Obispo de Villarrica: "Reflexiones en torno a la vida", Numeral 5. "El Aborto, la Excomunión y la Comunión Eucarística". Conferir en "Carta Abierta a Benedicto XVI", 20/8/2016, Numeral 7.,Pág. 51.

    Cfr. en sociedaduruguayafranciscobauza.blogspot.com

    https://drive.google.com/file/d/0B-ZCke8pCIh0TWFmeWdYYmtQWDQ/view