Affaire Mercier : six sanctions et le mutisme de la Conférence épiscopale

Depuis deux semaines, le professeur Mercier subi un lynchage médiatique insupportable. Accablé par les médias et un pseudo journalisme de bas-étage, par les milieux laïques et même « catholiques », il a été jeté à la vindicte populaire. 

 

Nous l'avons déjà écrit : le professeur a été licencié par l'UCL. Il ne s'agit pas d'un licenciement pour motif grave sans indemnités ni préavis, auquel cas il aurait du intervenir dans les trois jours de la connaissance du motif, mais d'un « simple » licenciement. Cela n'empêche pas qu'il soit fautif, vu son contexte et la manière dont il est intervenu. Il s'agit -là d'une sanction déguisée, personne ne s'y méprendra.

 

Par ailleurs, il a été suspendu à titre « provisoire » (et avec moult publicité), dans le cadre de la procédure disciplinaire initiée à son encontre. C'était déjà une sanction avant la lettre.

 

Enfin, il est toujours dans l'attente de se voir infliger une sanction disciplinaire « définitive » par l'UCL. Qui peut consister en un blâme, une privation de salaire etc. Vu le licenciement intervenu et les propos tenus dans la presse par les instances de l'UCL (le pro-recteur Marc Lits, la porte-parole Tania Van Hemelryck), nul ne doute de l'issue de cette procédure.

 

La cinquième sanction est consécutive aux quatre premières : sa carrière dans le monde académique belge est entravée voire tout à fait compromise. Ce n'est pas la moindre des sanctions.

 

Lorsque l'on est dans l'épreuve, on peut s'attendre à trouver réconfort au sein de ses frères chrétiens et spécialement auprès des institutions de l’Église.

 

Récemment, la conférence épiscopale belge a réagi à la pétition de la Fédération Pro Europa Christiana.

 

Et l'on peut dire que la réaction de nos pasteurs est peu lucide et totalement incompréhensible.

 

En justifiant ne pas devoir se préoccuper du cas Mercier parce qu'il aurait fait de la philosophie et non de la théologie (oubliant par-là que la foi et la raison sont en dialogue permanent), les évêques persistent à ne pas vouloir se mouiller ni comprendre les enjeux de cette affaire.

 

Il se retranchent prudemment derrière une confiance inébranlable dans les instances disciplinaires de l'UCL (rappelant au passage qu'ils sont eux-mêmes membres du pouvoir organisateur), laquelle a déjà renié par ses déclarations, son appellation chrétienne.

 

On aurait en réalité attendu des évêques qu'ils confirment les propos du professeur Mercier à propos de l'avortement et lui apportent leur soutien, étant victime d'un délit d'opinion et d'une persécution anti-chrétienne. Rien n'est venu...

 

Et lorsque l'UCL a vanté l'avortement comme une de « ses valeurs », nous n'avons trouvé ni communiqué ni désaveu.

 

Étrange logique qui revient à se désolidariser de quelqu'un qui défend l'enseignement de l’Église, et à ne pas sanctionner ceux qui s'honorent – car c'est de cela qu'il s'agit – de défendre et donc par-là de promouvoir l'avortement !

 

Last but not least, les griefs derrière lesquels se retranche à présent l'UCL pour justifier sa position vis-à-vis de M. Mercier, sont tout bonnement risibles.

 

Comment peut-on sérieusement reprocher à un professeur de philosophie d'avoir discuté de l'avortement, dans le cadre d'une réflexion philosophique, devant des étudiants d'une université (catholique au surplus) :

 

- alors que ce thème est systématiquement abordé et imposé lors des cours d'éducation sexuelle obligatoires dispensés dans les écoles par les plannings familiaux et centre de santé mentale, aux élèves dès l'âge de 12 ans, à l'instar de la contraception et des unions homosexuelles ?

-qu'en Belgique, une jeune fille mineure peut avorter sans l'accord de ses parents ni même qu'ils en soient informés (secret médical) ?

- que les médias totalement convertis à une culture de mort, répètent à l'envi qu'il s'agit d'une « droit » des femmes ?

 

Que dire de plus, sinon que cette affaire aura révélé l'état effrayant de décadence morale de notre société, et l'urgence de la combattre.

 

C. Viller

 

Écrire commentaire

Commentaires : 28
  • #1

    Pearce (samedi, 08 avril 2017 07:46)

    What is happening in "Catholic" universities. Perhaps there should be ex communication for the perpertators.

  • #2

    Lannegrand (samedi, 08 avril 2017 08:01)

    Aucune déviance ne peut Chrétiennement être acceptable !
    Il n'est pas question d'autorité de l'église, mais de la parole du Seigneur,il est donc impensable d'imaginer d'autres voies dans le déroulement de la Vraie Vie ceci au profit exclusif d'une décadence humaine encouragée​ par des âmes dont l'avenir semble être vouée à une mort certaine...... Que Dieu dans sa miséricorde ait pitié d'elles. (Pardonne, Seigneur,car ils ne savent pas ce qu'ils font....).

  • #3

    Daniel (samedi, 08 avril 2017 08:31)

    Il est bon et chrétien de s'opposer à 3 types de condamnations à mort:

    1) celle des enfants à naître (qui sont sans aucune défense et n'en expriment pas le souhait)
    2) celle des adultes criminels (qui sont coupables et ont droit au pardon au moins de la part des chrétiens)
    3) celles des vieilles personnes (très souvent déprimées et peuvent le demander) .

    Seul Dieu rappelle à Lui les ames.


    Daniel

  • #4

    Jean Sébbastien (samedi, 08 avril 2017 08:32)

    C. Viller écrit : "l'état effrayant de décadence morale de notre société, et l'urgence de la combattre".

    N'aurait-il pas du écrire : "l'état effrayant de décadence morale de l'épiscopat Belge". Car c'est bien de cela qu'il s'agit.

    Si saint Jean-Paul II était là, il rappellerait ceci à ces quatre évêques : l'Eglise n'est pas seulement "par principe" contre l'avortement pour raison de défense de la vie. On peut être "par principe" et abstraitement contre l'usage des sacs en plastique dans les grandes surfaces. On n'est pas ici dans le même problème.

    L'Eglise est, en raison de l'essence même de sa foi, contre l'avortement car elle croit que les enfants reçoivent leur âme immortelle créée par Dieu dès le moment de leur conception (voir Donum Vitae 5, voir Evangelium Vitae 60). L'acte est si grave pour elle qu'elle maintient une excommunication ipso facto de ceux qui provoquent ou font la promotion de l'avortement volontaire.

    Et Monseigneur Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles aurait ajouté : "Nous croyons que ces enfants qu'on envoie dans la mort sont vivants et qu'ils seront présents lors du jugement de notre génération qui n'a pas su les défendre".

  • #5

    VINCENT (samedi, 08 avril 2017 09:10)

    Je ne comprends pas les évêques belges.

  • #6

    Frère Bruno Dussardier (samedi, 08 avril 2017 09:17)

    J'ai eu affaire à l'épiscopat de Tournai. Ma communauté ainsi que d'autres communautés viables ferment. A chacun de conclure...

  • #7

    christian.lodde@orange.fr, (samedi, 08 avril 2017 09:24)

    Notre fils ,prêtre , avait déjà eu à subir les propos délirants
    d'une religieuse (en civil ...) à la ''Catho'' d'Angers . Lui ayant fait une remarque sur un point
    de Théologie , il lui a manqué 1/4 de point à la fin de l'année ....
    Nous avons , en France , un candidat vraiment catholique , votons pour LUI !
    Les évêques sont tombés sur la mitre ...

  • #8

    Dominique NEVEU (samedi, 08 avril 2017 09:56)

    Quelles sont les adresses (postales ou internet) du Pr Mercier et la conf épiscopale de Tournai pour soutenir l'un et admonester les autres en direct ??

  • #9

    FLAHAUT (samedi, 08 avril 2017 10:16)

    Qu'attendent les Evêques pour prendre la position qui est celle que l'Eglise doit avoir avec courage et fermeté.
    Je soutiens entièrement le Pr Mercier

  • #10

    Geoffroy de La POËZE d'HARAMBURE (samedi, 08 avril 2017 10:32)

    Alors qu'il était Evêque de Namur, j'ai eu la chance de connaître Mgr LEONARD à Chaumont sur Loire. Il soutenait la Fraternité St-Thomas-Becket. Bien que retiré en France à ND du Laus, il suit certainement de près tout ce qui touche à la foi de ses chers contemporains belges et français.
    Il ne peut que déplorer l'attitude inadmissible de l'UCL vis-à-vis du Professeur Mercier. Peut-être hésite t'il pas à s'exprimer, mais je suis sûr qu'il redouble ses prières au Seigneur et à sa Sainte Mère pour que les cœurs perturbés de nombre de prélats, prêtres et laïcs en reviennent à la Culture de la Vie et non de la Mort : c'est d'ailleurs le message de la Semaine Sainte et de Pâques.
    Ayant vécu moi-même 5 ans en Belgique ( 1965-1970 ), il était déjà notoire que l'UCL avait oublié le " C " de catholique et même de chrétienne. Je le déplorai comme nombre de mes amis et parents belges.
    Le pessimisme n'étant pas une solution, rien n'est perdu à condition d'œuvrer chacun selon nos capacités temporelles et spirituelles pour que notre environnement soit conforme à ce que le Bon Dieu a voulu et veut pour le salut de l'Humanité qu'il a créé.
    Haut les cœurs !

  • #11

    Antoinette de Langlade (samedi, 08 avril 2017 10:40)

    Soutien total au Pr Mercier pour sa position sur l'avortement lors d'un cours à l'UCL.
    Déception toute aussi totale face à la réaction des évêques belges qui n'osent pas faire respecter la position de l' Eglise Catholique, qu'il devraient être les premiers à défendre fermement.
    Que cherchent-ils à préserver en adoptant cette attitude ?
    A quoi servent-ils encore s'ils ne sont pas capables d'enseigner et de faire respecter le message du Christ ?

  • #12

    Olivier (samedi, 08 avril 2017 11:21)

    "N'aurait-il pas du écrire : "l'état effrayant de décadence morale de l'épiscopat Belge". Car c'est bien de cela qu'il s'agit."

    N'oubliez pas que nous avons eu un bon et saint archevêque en la personne de Mgr Leonard, et que celui-ci a été persécuté par le milieu catholique. Dieu nous a donc donné un évêque à l'image de ce que sont la grande majorité des "catholiques" de Bruxelles et de Belgique. Les premiers responsables sont ceux qui n'ont pas soutenus Mgr Leonard.

  • #13

    Gérard (samedi, 08 avril 2017 12:12)

    Je pense que une certaine Eglise " post-moderne " d'aujourd'hui s'est complètement soumise à la doxa du politiquement correct et même, circonstance aggravante, au " religieusement correct ". Ce véritable terrorisme intellectuel fait de tels ravages dans les esprits que l'on imagine mal les étudiants de l'U.C.L. organiser des manifestations de soutien au professeur Mercier, eux qui ne manifestent plus que pour des causes gagnées par avance et qui correspondent uniquement à l'idéologie dominante.

    Joseph Proudhon, qui n'était pourtant pas catholique, savait que "Derrière toute politique, il y a une théologie" et que "A la base de toute politique, il y a une philosophie et même une théologie" disait volontiers Charles Péguy.

    Ces remarques sont parfaitement pertinentes. On peut même ajouter que dans toute sociologie il y a aussi l' influence du christianisme. On se demande comment nos évêques en sont arrivés à penser un seul instant que l'on pourrait dissocier d'un côté la philosophie et de l'autre la théologie ?

    Ces évêques sont en vérité les dignes successeurs de Gabriel Ringlet et autres " gaillotins " ennemis jurés et actifs de Monseigneur Léonard et du Pape Benoit XVI.

  • #14

    Nicolas Bellord (samedi, 08 avril 2017 12:52)

    It is ironic that a university separating itself from the Catholic faith should also abandon free speech.

  • #15

    mn11bis (samedi, 08 avril 2017 13:37)

    je suis plus que scandalisé, je suis outré par le silence des évêques. c'est eux que nous devrions révoquer et sanctiooner

  • #16

    C. Viller (samedi, 08 avril 2017 16:01)

    Je me permets d'apporter une rectification à l'article, qui ne change absolument pas le fond du problème. Le Professeur MERCIER n'a pas été à proprement parler licencié. L'UCL lui a "proposé", titre de sanction disciplinaire, un licenciement. Il va pouvoir prendre connaissance du dossier disciplinaire et sera invité à être entendu afin de présenter sa défense. Par conséquent, toutes les démarches auprès du pouvoir organisateur, entre autres les évêques, toutes les marques de soutien et surtout les prières pour le prof Mercier sont opportunes. N'hésitez donc pas à signer la pétition, à écrire "à qui de droit" etc.

  • #17

    francis b. (samedi, 08 avril 2017 16:27)

    Vous souvenez vous de ces paroles : " Pardonnez nous nos offenses, comme nous pardonnons .......... " ?

  • #18

    Charles Jacquemin (samedi, 08 avril 2017 17:14)

    Il faut en appeler au Pape.
    Les évêques sont dans l'erreur!
    C'est à lui de le confirmer officiellement!

    Sinon, il;faudra prier dans la nuit et avancer dans la fidélité à la foi du Christ
    dont nous fêtons ces jours-c l'anniversaire de son supplice et de sa

  • #19

    Antemuralis (samedi, 08 avril 2017 19:44)

    Nos évêques anti-catholiques belges et l'UCL sont des esclaves de la Révolution, et il faut soulever l'indignation publique contre leur servilité parmis les catholiques de notre pays. Il faut que les néerlandophones et francophones s'unissent pour combattre le système révolutionaire international, ce système d'impiété et de sang qui a perverti la Gaule Belgique.

    Triomphez, Notre Dame de Fatima!

  • #20

    Chantal SIONIAN (samedi, 08 avril 2017 21:37)

    La Belgique n'étant pas sous un régime comme ceux de l'Allemagne nazie ou de l'Union Soviétique, où l'on pouvait craindre des représailles contre tous les chrétiens ou tous les catholiques, je ne comprends pas pourquoi les chefs de son Eglise ne soutiennent pas Monsieur Mercier. Si une action collective est décidée pour défendre ce professeur, je souhaite pouvoir participer.

  • #21

    ALEXANDRE (samedi, 08 avril 2017 22:57)

    L'article passe directement aux valeurs chrétiennes comme le respect de la vie. Cependant il y a avant tout deux questions préalables. La première est de se demander si le rôle d'une université n'est pas de susciter un débat et d'abord au niveau étudiant. Ici ce n'est pas le cas ,on censure e t on condamne. Or je rappelle c'est une université et pas une école primaire où un directeur peut s'insurger. La deuxième question est comment se fait t'il que des étudiants dénoncent ? On se trouve dans une unif ou dans un goulag ? Un student doit discuter et non dénoncer. Si i la délation devient un fondement universitaire, alors Louvain est prêt pour la pensée unique et totalitaiire, ce qui est indigne d'une université ayant une telle longue tradition.

  • #22

    Nathalie D (samedi, 08 avril 2017 23:26)

    Je suis triste de voir l'état de notre Eglise et d'assister à la tiedeur du clergé...
    La franc-maçonnerie atteindrait -elle autant d'évêques?
    Soutien au Professeur mercier!!

  • #23

    Jacques Gilloteaux (dimanche, 09 avril 2017 00:16)

    Just before Easter 2017, U C Louvain is not only living against its 'C' adopting laicism, and against life while non only euthanasia is now tolerated (Ch de Duve did it with publicity!) but also showing no christian value by taking position with a general public that is not educated that abortion is not a crime...Where are we going?
    Avant Paues 2017, U C Louvain est en train de detriure son 'C' en adoptant unme position laique et contre la vie alors que deja l'euthanasie est toleree (cfr Ch de Duve qui en q fait la publicite!) et aussi montrant aucune valeur chretienne en prenant position avec le public en general non averti en faisant penser que l'avortement n'est pas un crime...Ou allons -nous ?

  • #24

    damien (dimanche, 09 avril 2017 08:53)

    J'ai écris à l'évêque de Tournai auteur d'une réponse au texte de la pétition en circulation, démontrant mon désaccord avec la position de l'Eglise qu'il représente. La réponse a été le renvoi du texte de sa réponse à la pétition, mais aucunement une réponse à ma désapprobation. Me voilà renvoyé à sa réponse officielle que je critique. Refus de dialogue, ou peur du dialogue. Lorsque le sel s'affadit .....

  • #25

    LOUIS Philippe (dimanche, 09 avril 2017 08:59)

    Prions, prions, prions pour nos bergers et ne jugeons pas! Le jugement appartient à Dieu seul! Suivons les incessantes exhortations de notre Maman Marie qui visite si souvent ses enfants de la terre!

  • #26

    gaillard (dimanche, 09 avril 2017 11:50)

    Il a bien été dit que les chrétiens seraient persécutés

  • #27

    Noroît (dimanche, 09 avril 2017 13:28)

    Une belle prière nous a été donnée par le Ciel à l'intention de notre clergé ramolli. C'est tiré du Livre de la Vérité (le Livre Roulé scellé par St Jean pour n'être ouvert qu'à la fin des temps. Cf. Apocalypse 5, 1-14), message du 20 mars 2012 à 20h30 :

    (...) Vous devez me demander, à moi la Mère du Salut, des prières pour assurer le salut de l’Église Catholique et la conservation de la Véritable Parole de mon Fils. La Vérité de la Promesse de mon Fils de revenir en Grande Gloire sera falsifiée. Mes chers enfants, il vous sera donné une série de contre-vérités que l’on vous demandera d’honorer et d’accepter par le Saint Nom de mon Fils.
    Ma Croisade de Prière (38) doit être récitée tous les jours pendant le mois prochain pour éviter que les saints prêtres de Dieu ne tombent dans le piège maléfique prévu par le faux prophète et ses partisans.
    " Ô Mère Bénie du Salut, veuillez prier pour l’Église Catholique en ces temps difficiles, et pour notre bien-aimé Pape Benoît XVI afin d’alléger ses souffrances. Nous vous demandons, Mère du Salut, de couvrir les serviteurs sacrés de Dieu de votre Saint Manteau afin qu’ils reçoivent les Grâces de rester forts, fidèles et courageux pendant les épreuves qu’ils rencontreront. Priez aussi pour qu’ils prennent soin de leur troupeau selon le Véritable Enseignement de l’Église Catholique. Ô Sainte Mère de Dieu, donnez-nous, petit Reste de l’Église de la Terre, le Don de commandement afin de pouvoir aider à mener les âmes vers le Royaume de votre Fils. Nous vous demandons, Mère du Salut, d’éloigner le séducteur des disciples de votre Fils dans leur quête pour sauvegarder leur âme, et ainsi être dignes d’entrer dans le Nouveau Paradis sur Terre. Amen "
    Allez, les enfants, et priez pour le renouveau de l’Église et pour la sécurité de ses serviteurs sacrés qui vont souffrir pour leur foi sous le règne du faux prophète.
    Marie
    Mère du Salut

    source : https://sceaududieuvivantalhumanite.wordpress.com/2015/07/11/mere-du-salut-priez-pour-le-pape-benoit-xvi-en-danger-detre-exile-de-rome/



  • #28

    Gérard (lundi, 10 avril 2017 10:35)

    Nos étudiants qui ne manifestent plus, à notre époque, que pour des causes politiquement correctes gagnées par avance, " les rebelles de confort " et autres " mutins de Panurge " n'oseront certainement pas organiser une manifestation de soutien à leur professeur avec des " JE SUIS MERCIER ".