Vexilla regis prodeunt !

par "un belge"

Le seul bénéfice de l’actualité désolante qui nous inonde de ses maux est qu’elle devrait mettre fin à notre aveuglément et nous rendre définitivement la vue.

L’angélisme dont nous faisons la plupart du temps preuve laisse pantois. Comment croire que l’on peut s’accommoder du fonctionnement actuel de notre monde occidental sans se compromettre aux yeux de Dieu ? Comment penser que le Bien triomphera finalement, si nous persistons à chérir les causes dont nous dénonçons les effets ?

 

Les lois et règlements édictés par nos gouvernants sont profondément antichrétiens, dès lors que :

- ils conduisent à éliminer les plus faibles en autorisant l'avortement et l'euthanasie ;

 

- ils amènent à la destruction de la famille en instituant le mariage entre personnes de même sexe, en permettant l'adoption par ces derniers, en « tolérant » la gestation pour autrui, en promouvant et en propageant la pernicieuse théorie du « genre » ;

 

- ils proposent un modèle de société notamment via les programmes d'enseignement, qui, loin de promouvoir l’élévation des âmes, les entraîne vers l'hédonisme.

 

Peut-on accepter d'être une Eglise se situant « dans une société moderne et sécularisée », et qui représentera « un point de vue et une possibilité parmi d’autres », comme le disait récemment un Prélat ?

 

Si les Chrétiens se soumettent au monde moderne en renfermant leur foi dans la sphère purement privée, en oubliant leur vocation fondamentalement missionnaire, laissant ainsi au laïcisme – religion reine de l’intolérance -, la place publique, la réponse est assurément négative.

 

Or, actuellement, la place publique est bien monopolisée par les ennemis de la Foi ! A titre d'exemple, la campagne d'affichage publicitaire récente dans les villes de France relative à la prétendue prévention du sida (car au fond elle encourage les comportements à risque !), qui, par son incitation au libertinage et à la débauche entre personnes de même sexes, résonne comme une immense insulte à la pudeur, à la sacralité du corps et à la dignité de l’homme.

 

Laisserons-nous l’espace public envahi par l’impiété ? Au nom de quoi l’irréligion et le scandale devraient nous être imposés comme un dieu suprême ?

 

Le comte Albert de Mun, apôtre de la contre-révolution, réaffirmait à la fin du XIXème siècle, dans le contexte des lois antireligieuses de la IIIème République (expulsion des congrégations etc) ses principes : « convaincu que la foi catholique est, dans l’ordre social aussi bien que dans l’ordre politique, la base nécessaire des lois et des institutions, que seule elle peut porter remède au mal révolutionnaire, conjurer ses effets et assurer ainsi le salut de la France, j’ai la ferme résolution, quel que soit le terrain où Dieu m’appelle à le servir, de me dévouer, sans réserves, à la défense de ces principes ».

 

L’ultramontanisme s’est opposé à cet époque de toute ses forces à la sécularisation de la société, aux lois anticléricales, aux persécutions des catholiques, et au catholicisme libéral ambiant qui exalte la liberté comme valeur première avec les conséquences que cela entraîne pour les principes qui régissent la vie sociale, politique et religieuse. Emporté par le raz-de-marée moderniste, on l’a enterré, jusqu’à le considérer à présent comme véhiculant des idées passéistes voire extrémistes.

 

Plus d’un siècle après, ne devons-nous pas reconnaître qu’il s’agissait du bon combat ? Et comprendre qu’aujourd’hui, il s’agit de mener à nouveau ! Car la religion et la politique doivent rester unies pour élever l'homme – cet éclat du divin -, vers Le Sublime.

 

Récemment, une dirigeante politique du Pérou, Mme Osorio nous a montré la voie à suivre par cette consécration récitée publiquement :

« Seigneur Jésus, alors que se termine l’Année de la Miséricorde, je me remets de nouveau en ta présence, et je déclare solennellement mon désir de faire ta volonté. Je remets entre les mains divines de Dieu le Père, le Créateur et le guide de mon existence, le gouvernement de la région d’Arequipa que j’ai reçu, par ta grâce et par la volonté de la population. Je te consacre ma charge de gouverneure avec tous ses projets, afin que tu la diriges, la protèges et la bénisses avec toutes les grâces et bénédictions que tu as prévues pour ton peuple de cette région d’Arequipa. Viens, Seigneur, et règnes, parce que tes plans sont les plans de Dieu. Bénis-moi et bénis ton peuple, Sacré-Cœur de Jésus, afin que tous, nous reconnaissions les merveilles que tu peux faire lorsque nous nous confions à toi. Consacre-nous à ta force divine, pour que tous nos projets soient inspirés et dirigés par toi. Et bénis ceux qui, à mes côtés, collaborent à tes plans divins. Mère Marie, intercède auprès de ton Fils avec ton Cœur Immaculé pour cette cause, qui est de gouverner sous le regard de Notre Seigneur Jésus, afin qu’en toute choses nous puissions promouvoir la vie et la famille, et que nous recherchions le bien commun de notre région. Amen. »

 

Ces paroles doivent raviver nos courages pour agir, protester et résister !

 

Vexilla regis prodeunt !

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Jo (samedi, 26 novembre 2016 07:34)

    Quelle belle prière,
    Merci de nous la partager.
    Union de prière et de mission,
    Jo

  • #2

    JOE H. ESPINOSA (vendredi, 16 décembre 2016 11:50)

    DEAR SIR,WOULD YOU PLEASE IF POSSIBLE SEND ME THIS AND FUTURE ARTICLES IN ENGLISH.I WOULD REALLY APPRECIATE IT.......BLESSINGS TO ALL,,,,,,,JOE H. ESPINOSA

  • #3

    JOE H.ESPINOSA (samedi, 24 décembre 2016 18:20)

    PLEASE SEND ME YOUR ARTICLES IN ENGLISH.I LOOK FORWARD TO RECIEVE THEM..MAY OUR LORD JESUS BLESS ALL OF YOU.......JOE H ESPINOSA