Avortement : la folle dérive d’Alain Juppé

Avortement : la folle dérive d’Alain Juppé
Avortement : la folle dérive d’Alain Juppé

Largement distancé par François Fillon lors du premier tour de la primaire de la droite et du centre, le maire de Bordeaux attaque son concurrent du second tour en l’accusant de manquer de clarté quant au “droit” à l’avortement. 

La manœuvre est grossière et – hélas – infondée car l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy n’est malheureusement pas un candidat pro-vie. Comme il l’a lui-même rappelé au micro d’Europe 1 ce mercredi 23 novembre, M. Fillon ne s’est jamais opposé à l’avortement légal et à même “toujours voté en faveur de sa plus grande accessibilité” y compris quant il s’agissait de projets législatifs portés par la gauche.

Tout juste a-t-il regretté d’avoir qualifié par le passé l’avortement de “droit fondamental”  s’affirmant personnellement hostile à cet acte bien qu’étant opposé à toute remise en cause de loi Veil au nom, dit-il, de intérêt général (sic).

Il est bien regrettable que M. Fillon oublie dans sa conception de l’intérêt général  les 220 000 petites victimes annuelles de l’avortement. Tout comme il est inquiétant qu’un candidat à la magistrature suprême – qui prétend pourtant “casser la baraque” – fasse preuve d’une telle soumission au politiquement correct quant il s’agit de défendre une valeur si importante que le droit à la vie.

Néanmoins, la pusillanimité de M. Fillon ne doit pas faire oublier le comportement inqualifiable de son adversaire qui se positionne en véritable valet du Planning familial et de la culture de mort.

D’après M. Juppé il semblerait en effet que l’opposition même “personnelle” de François Fillon à l’avortement pose problème. Autrement dit, il ne suffit pas pour lui d’être favorable à la légalisation de l’avortement, encore faut-il vouloir l’exécution effective de cet acte !

Cette dérive, qui relève de la police de la pensée, s’inscrit très exactement dans le projet socialiste d’extension du délit d’entrave à l’IVG : être défavorable à l’avortement, sans même remettre en cause sa légalité, serait en-soi un délit d’opinion !

Ce comportement d’Alain Juppé est d’autant plus choquant qu’il s’oppose de toute évidence au désir de la majorité des électeurs de la primaire de la droite et du centre de rompre clairement avec le quinquennat de François Hollande, entaché par une politique anti-famille et anti-vie qui a mis des centaines de milliers de Français dans la rue. 

Pour toutes ces raisons, Droit de Naître demande aux Français qui iront voter à la primaire ce dimanche d’avorter définitivement les ambitions élyséennes de celui que Jacques Chirac qualifiait de “meilleur d’entre-nous” et qui se révèle en fait comme étant le “pire d’entre-eux”.

 

source: www.droitdenaitre.org

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Girard Anne-Catherine (vendredi, 25 novembre 2016 09:59)

    François Fillon, malgré son choix de permettre des subventions en faveur de l'IVG, a su faire entendre qu'il n'était pas ringard d'avoir "une conscience"... on se demandait jusque là si on avait le droit d'en avoir une...

  • #2

    Tordeux Marie Claude (vendredi, 25 novembre 2016 16:35)

    Oui,,j'ai fort regretté que François Fillon dise qu'il admirait Madame Simone Veil. C'était inutile.Alain Juppé voulait le couler avec cela .j'espère néanmoins que si François Fillon est élu président il fera en sorte de diminuer le massacre de ces petits êtres .